Apple dévoile son plan de bataille pour le procès contre Epic Video games


Remettre en motive l. a. perception de monopole, attaquer l. a. bonne foi d’Epic, ou encore argumenter que l’App Retailer a un grand rôle dans le développement de l’économie, voilà les principaux axes de défense de l. a. firme de Cupertino.

On connaît maintenant les arguments principaux que vont déployer Apple et Epic dans le procès qui devrait les opposer à partir du 3 mai. Pour rappel, en août 2020, Apple avait retiré Fortnite, jeu d’Epic, de l’App Retailer après qu’Epic a tenté de contourner le système d’achat en jeu de l’App Retailer. Dans l. a. foulée, le créateur de l’Unreal Engine attaquait Apple pour sa place de monopole sur ses plateformes.

Ces arguments ont été dévoilés jeudi, au travers des conclusions des avocats d’Apple et Epic, qui ont été mises en ligne sur PACER, le web site où sont publiées les décisions rendues par les cours américaines. Le journaliste Jack Purcher de Patently Apple, en a publié une copie.

Les arguments d’Apple contre Epic Video games

Grâce à ces paperwork, on connait maintenant le cœur de ce qui va être discuté d’ici un peu moins d’un mois, si l. a. pandémie ne contrarie pas le bon déroulé du procès. Voici, level par level, les principaux arguments d’Apple, qui se défend dans ce procès, et qui a prévu de déplacer beaucoup d’exécutifs pour convaincre l. a. cour.

L’significance de l’App Retailer

Los angeles firme de Cupertino insiste sur le fait que l’App Retailer a permis de créer de nouvelles opportunités qui n’existaient pas auparavant.

Los angeles firme ajoute que l’App Retailer est devenu extrêmement necessary pour l’économie, étant donné que le trade des apps génère des thousands and thousands de greenbacks à travers le monde.

Les applis majoritairement gratuites

Apple répète aussi à l’envi, face à l’accusation de monopole, que l. a. grande majorité des programs sont gratuites, sous-entendant par là qu’elle n’en tire aucune fee.

Dire que les développeurs sont libres d’aller voir ailleurs

Los angeles marque à l. a. pomme souligne que l’App Retailer est en concurrence avec d’autres plateformes, comme le Google Play Retailer, le Microsoft Retailer, ou encore le Ps Retailer, sous-entendant par là que les développeurs peuvent vendre leurs programs sur d’autres magasins en ligne.

Plus loin dans ses conclusions, Apple développe tout un raisonnement sur l. a. perception de propriété intellectuelle. L’objectif étant de poser comme principe qu’Apple n’a « aucune legal responsibility d’octroyer une licence sur sa propriété intellectuelle ». À comprendre : Apple peut choisir qui a le droit d’être sur son retailer ou pas.

Souligner qu’Apple n’est pas chief du marché

Un argument clé qu’Apple répète à l’envi consiste à dire que, contrairement à ce qu’Epic martèle, l’App Retailer n’est pas chief du marché du jeu vidéo. Dès lors, parler de monopole n’aurait pas de sens.

Attaquer le « Projet liberté »

Apple affirme qu’Epic a recruté une firme de relation publique en 2019, afin de préparer une stratégie média appelée « Projet liberté », dans le however de faire « passer Apple pour le dangerous man ». Los angeles juge Yvonne Rogers avait elle-même déclaré en octobre 2020 qu’elle pensait qu’Epic savait exactement ce qu’il faisait avec sa mise à jour controversée, qui a conduit au conflit entre les deux géants.

Rappeler les chiffres

Epic aurait gagné plus de 700 thousands and thousands de greenbacks provenant seulement des utilisateurs iOS avec Fortnite, quand le jeu était disponible sur l. a. plateforme, indique Apple, qui rappelle qu’Epic paye des commissions sur d’autres plateformes où Fortnite est distribué.

Rappeler que l. a. fee de 30 % n’existe plus qu’à moitié

Les 30 % de fee récupérés par Apple sur toutes les transactions effectuées sur l’App Retailer sont l. a. véritable pomme de discorde entre les deux géants. Epic s’est drapé dans son rôle de chevalier aux gants blancs qui défend les petits développeurs indépendants, sauf que depuis décembre 2020, cette fee n’est que de 15 % sur l’App Retailer pour les créateurs qui dégagent moins d’un million de greenbacks par an.

Apple ajoute par ailleurs que quel que soit le montant de l. a. fee, l. a. marque considère qu’il s’agit d’un « honnête prix » pour le travail de upkeep et de curation de l’App Retailer.

Apple traite Epic Games de « saboteur » : tolérance zéro pour Fortnite

Apple estime qu’Epic Video games veut se faire passer pour un martyr alors qu’il n’est qu’un « saboteur ». Ainsi, l. a. pomme refuse catégoriquement un retour de Fortnite sur l’App Retailer.
Lire l. a. suite

Logo



Our Reference

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*